Denis-Sassou.jpg
COP26: pour Denis Sassou, l’accord de Glasgow s’est conclu sur un sentiment d’insatisfaction pour l’Afrique
par Desk Nature | déc 29, 2021 | Actualité, Biodiversité, Climat, Forêt

Le Président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, n’a pas caché son mécontentement contre l’accord conclu entre les Etats parties à la COP26 en novembre dernier à Glasgow. Dans son discours sur l’état de la Nation devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès, le chef d’État congolais a expliqué à dénoncé l’injustice des pays du Nord envers le continent africain dont les forêts jouent un rôle important dans la lutte contre le changement climatique.  

“La COP26 avec un accord à minima entre les Etats partis s’est conclu sur un sentiment d’insatisfaction pour l’Afrique. Le financement destinés aux pays les plus vulnérables pour les aider à affronter les effets dévastateurs du dérèglement climatique s’est révélé très insuffisant. Au nom du Congo, j’ai plaidé pour la prise en compte par la communauté internationale des contreparties financières liées à la protection de l’environnement. Il s’agit de compansation résultant  des sacrifices et de renoncement de notre pays à de nombreuses initiatives de développement pour la préservation des nos écosystèmes forestiers au service des nations et l’humanité entière. Cette injustice notoire est loin d’être réparée aujourd’hui encore”, a déclaré le Président Denis Sassou Ngweso.

Par contre, son plaidoyer en faveur du Fonds bleu pour le Congo lors de cette COP26 a payé. Des partenaires au développement vont appuyer le Fonds bleu dès l’année prochaine.

“En ma qualité de Président de la Commission Climat du Bassin du Congo, mon plaidoyer devant l’Assemblée des chefs d’État et des Gouvernements de la COP26 à Glasgow s’est appesanti sur le Fonds bleu pour le Bassin du Congo. Cet outil financier bénéficie d’une attestation plus particulière des partenaires au développement qui ont d’ores et déjà annoncé de participer en 2022 à son financement”, a ajouté le Chef de l’État.

La Commission Climat du Bassin du Congo (CCBC), rassemble 16 pays de la sous-région dont les deux Congo : la République du Congo, et la République Démocratique du Congo.

Lors de la COP26 à Glasgow, dix pays se sont engagés à mobiliser 10,3 milliards d’euros de fonds publics entre 2021 et 2025, dont 1,3 milliards dédiés à protéger le bassin du Congo. Désormais, les pays donateurs doivent concrétiser cet engagement prometteur. 

Deuxième poumon écologique après l’Amazonie, le bassin du Congo abrite 10 % de la biodiversité mondiale.  La planète respire aujourd’hui grâce à ce poumon. Outre ses 222 millions de km2 de forêt, le bassin du Congo abrite les plus vastes tourbières tropicales au monde. Elles séquestrent 31 milliards de tonnes de carbone, l’équivalent de 3 années d’émission de la planète. Le bassin du Congo est ainsi devenu le régulateur du climat mondial.

Auguy Mudiayi

dn