Eve-Bazaiba-1.jpg
RDC: le Dircab de Ève Bazaïba est libre
par Desk Nature | déc 14, 2021 | Actualité, Communication

Yves Kitumba et Héritier Mpiana Pierre, respectivement directeur de cabinet, Directeur de Cabinet adjoint, à la vice-primature chargée de l’environnement et développement durable, ont été libérés ce mardi. Accusés notamment de faux en écriture, ils étaient détenus depuis vendredi dernier au cachot du parquet général de la Gombe. Également arrêtée dans le cadre du même dossier, l’assistante du directeur général de la société Mbanza Wood a aussi été libérée. Sylvie DZBO, conseillère en charge des forêts et tourbières, est la seule encore détenue. 

« Le dossier était à l’inspection de la brigade criminelle. Dans ce dossier, il y a eu des faits criminels sûrement mais l’enquête n’a pas su dégager les éléments matériels impliquant mon client », a dit à ACTUALITE.CD Chris Shematsi, avocat de Yves Kitumba. 

Contexte 

Dans une mise au point transmise à ACTUALITE.CD l’avocat du Dircab expliquait qu’après avoir eu connaissance de certains soupçons, il avait écrit à la société Mbanza Wood le 3 décembre 2021 afin de l’inviter à une séance de travail de clarification le 6 décembre 2021. Il précise que ce courrier est antérieur à la dénonciation de la société Mbanza Wood qui a circulé dans les réseaux sociaux.

Il ajoute que c’est à l’issue de la séance de travail du 6 décembre 2021 qui avait réuni les membres du cabinet de la VPM et la direction de la société Mbanza Wood qu’il a été constaté l’existence d’un faux. De ce fait, Yves Kitumba, toujours selon son avocat, a indiqué à la société Mbanza Wood que le contrat qu’elle détenait n’était pas passé par le circuit officiel et par conséquent de ne pas en faire usage car visiblement faux. 

« Pendant cette séance de travail, la société avait informé au Dircab qu’elle se réservait le droit de faire une dénonciation formelle. Ce qui fut fait à la même date (6 décembre 2021) à 15h 23’. Les conclusions de cette réunion ont été transmises à la VPM pour dispositions. La personne présumée coupable du faux a été clairement identifiée », explique l’avocat Chris Shematsi.

Et d’ajouter:

« La somme de 235 000 USD n’a jamais été versée dans le compte de la présumée coupable. Comment un faux document a été scellé du cachet sec ? S’agit-il d’une dénégation de signature ou pas », s’interrogerait-il.

dn